L'historique des SP

De la philosophie palliative à la pratique des soins palliatifs : « tout ce qu’il reste à faire lorsqu’il n’y a plus rien à faire »

Source : Thérèse Vanier, médecin au St Christopher Hospice

Les soins palliatifs en France

Auteurs : Benoist FAUVILLE, Psychologue Clinicien

Les soins palliatifs en France se sont fondés et organisés dans les années 80 à partir de plusieurs constats : La France accusait un retard certain en matière de prise en soin et d’évaluation de la douleur par rapport à d’autres pays.
A ce titre, un mésusage de la morphine était perceptible soit à des doses trop faibles, par crainte ou méconnaissance, ou encore dans une logique létale d’euthanasie. Les malades en fin de vie pouvaient être l’objet d’un abandon de la part de la médecine ou encore d’une volonté d’acharnement et de prolongation déraisonnable de la vie. Ce qui a permis le rassemblement d’acteurs d’horizons très divers tels que des laïcs, croyants, professionnels et bénévoles ou citoyens concernés par ces questions, c’est de s’opposer à tout cela. Les valeurs de la philosophie palliative sont celles qui devraient guider toute pratique de soin : laïcité, écoute, accueil inconditionnel, respect du choix et donc du refus, information juste et mesurée etc…

Dans la pratique, les soins palliatifs en France se structurent à travers plusieurs modalités d’accompagnements :

  • Lits identifiés (afin d’adapter les soins et l’accompagnement dans des services ou établissements),
  • Equipes mobiles (afin d’aider les équipes en établissements), réseaux (afin d’aider les équipes au domicile),
  • Unité de soins palliatifs (face à des situations complexes) permettant ainsi d’offrir aux patients, proches et professionnels des ressources diversifiées et adaptées aux problématiques.