Les formations continuent sous une forme mixte présentiel / distanciel, dans les respects des gestes barrières : Consultez la liste de nos formations

Soutenir le soin dans les situations complexes dans la Nièvre

Rapport moral 2021 d’Emeraude 58

Partager cette publication

Rapport Moral lu par Alain Vernet le jeudi 19 mai lors de l’Assemblée Générale d’EMERAUDE 58, dernière AG qu’il a présidé comme Président.

Mesdames et Messieurs,

 

Permettez-moi tout d’abord de vous remercier pour votre présence à notre Assemblée Générale 2022, qui pour nous, constitue un encouragement précieux à continuer notre tâche, qui n’est pas achevée, loin s’en faut, si tant est qu’elle puisse l’être un jour.
Une Assemblée générale est toujours un moment convenu, formel, rituel, dans la vie d’une association.
Certes ce moment l’est moins quand on procède à une révision des statuts. Alors nous y sacrifierons et nous aurons une Assemblée Générale Extraordinaire, qui suivra immédiatement notre Assemblée Générale Ordinaire. Mais cette modification statutaire ne sera guère qu’un toilettage.

 

Mais indépendamment de cela notre assemblée générale ordinaire a tout de même un caractère extraordinaire, un caractère exceptionnel.
En effet Emeraude 58 a 20 ans.
Vingt ans, le temps qu’une génération se forme, et que s’agrègent de nouveaux visages aux anciens. C’est le cas pour notre équipe, dans laquelle l’expérience se conjugue avec de nouveaux talents.
C’est aussi le cas pour notre conseil d’administration, où des renouvellements nous ont apporté des compétences supplémentaires.
Vingt ans. Durant ces années des missions nouvelles se sont développées, et ajoutées à notre socle initial : la formation en soins palliatifs puis en éthique, l’appui aux professionnels sur les situations de soins palliatifs, de fin de vie, puis autour des situations complexes, toujours plus complexes ; une équipe mobile départementale inter-hospitalière en soins palliatifs ; un dispositif d’appui à la coordination ; des prestations psychologiques contractualisées avec des établissements hospitaliers et médico-sociaux ; des partenariats nouveaux qui se développent : association « droit et santé pour tous », laboratoire du mouvement, groupe éthique du CH Pierre Loo, service de soins palliatifs du CH Pierre Bérégovoy, foyer de handicapés d’Imphy, etc…
Et toujours une file active qui augmente, et des demandes nouvelles (ce qui sera exposé en détail lors de la présentation du rapport d’activités).
J’y lis la reconnaissance de l’investissement au sein du territoire nivernais, la reconnaissance du sérieux, de la compétence, du professionnalisme de l’équipe, qui s’est formidablement étoffée depuis les origines.
Ce développement considérable de notre association est le résultat de nos professionnels, de notre équipe de direction,
Mais nous vous le devons aussi, car vous nous avez toujours accompagné, suivi, soutenu, encouragé ; dans les moments faciles, quand tout allait bien ; mais également dans les moments plus incertains, plus conflictuels aussi,
Quand parfois il a fallu se battre, vous avez été là, derrière le conseil d’administration, derrière le président de l’association, même si vous aviez des doutes sur sa stratégie et sa méthodologie.
Mais vous nous avez fait confiance, et ceci nous fut infiniment précieux.

 

Vingt ans et moult changements : de format, d’organisation, de mission, de visages au sein de l’équipe ; vingt ans et toutes ses dents !; autrement dit : tradition et modernité.

 

Tradition : c’est la même qualité d’engagement militant au service de l’autre pour faire que le tragique soit moins tragique ; et cela malgré la maladie, la précarité, la perte d’autonomie, l’isolement, un environnement dans lequel, souvent, tout peut paraître plus dur, plus rude qu’avant ; bref il s’agit de maintenir, quoiqu’il en coûte, comme dirait quelqu’un, une éthique professionnelle et les valeurs humanistes qui sont celles d’Emeraude 58 depuis toujours.
Modernité, c’est l’adaptation aux circonstances, comme la Covid, qui nous a amené, par exemple, à développer de nouveaux process de travail, ainsi que des outils de communication inusités jusqu’alors ; c’est la volonté de toujours être plus efficaces et professionnels, ce qui se traduit par le recrutement de professionnels expérimentés, et par un investissement massif dans la formation permanente, avec de nombreux membres de l’équipe engagés dans des formations diplômantes, de type universitaire. Modernité, c’est aussi un certain esprit des relations humaines au sein de l’association, afin que les uns et les autres se sentent bien dans leur travail, qui, dès lors, ne pourra qu’y gagner en qualité.

 

Notre assemblée générale ordinaire a encore un caractère extraordinaire par les renouvellements qui vont s’opérer au sein de notre bureau.
Le Docteur Chauvot, secrétaire de l’association ne demande pas le renouvellement de son mandat ; tout comme Madame Billaquois, Vice-Présidente. C’est pourquoi, à titre de remerciements pour leur investissement, le bureau vous proposera qu’ils soient nommés membres d’honneur de l’association. Ils auront la parole, s’ils le souhaitent, pour porter témoignage de leur engagement au sein de l’association.
C’est également le cas en ce qui me concerne, et comme je vous l’avais annoncé l’année dernière, c’est la dernière fois que j’anime cette assemblée générale.
Mais, faut-il le dire, citant quelqu’un que vous reconnaîtrez certainement, et dans une situation différente de la sienne : « je crois aux forces de l’esprit et je ne vous quitterai pas ». En effet, même si je ne suis plus président, là où je serai, je continuerai à œuvrer pour l’association, et à me rendre utile, autant qu’on me le demandera.

 

C’est en 2008 que, sur la proposition du Docteur Petit, vous m’avez fait l’honneur de me confier cette responsabilité ; en tout cas de m’élire au conseil d’administration qui m’a ensuite demandé de l’assurer.
En 2008, Emeraude 58, c’était une secrétaire, deux infirmières, ½ temps de psychologue, ¼ temps de médecin, un véhicule, 30m2… Ce n’est plus tout à fait la même chose ! Y suis-je pour quelque chose ? Ou n’ai-je qu’accompagné un mouvement spontané qui fut parfois un tourbillon ? C’est peut-être vous qui le direz.
Ce que je sais, c’est que je ne regrette pas, et que j’ai été heureux dans cette responsabilité, malgré parfois des moments chauds ; plus que réellement difficiles ; certes pénibles parfois, mais dont le souvenir de cette pénibilité s’est estompé, puisqu’après tout, nous les avons traversés et dépassés.
Comme je ne suis pas ennemi de la dialectique, du débat, de la controverse, donc du conflit ou du rapport de force (bien que je ne sois pas un ancien trotskiste, – ou alors qui s’ignore – ; tout juste ai-je une expérience de cabinet ministériel auprès du Docteur Alain Calmat, lorsqu’il était ministre de la Jeunesse et des Sports, mais cette expérience a pu me servir), j’avoue (et sans remord) que j’ai pu trouver de temps en temps des moments de satisfaction (et avouerais-je, de plaisir ! dans quelques moments d’affrontement). Et comme je n’abuse pas de l’angoisse, j’ai vécu assez confortablement les moments de tension rencontrés.
Je sais cependant que j’ai parfois dû mobiliser de l’inquiétude au sein de l’équipe de direction, voire au sein du bureau ou du conseil d’administration.
Et que j’ai pu susciter l’irritation, voire l’ire de l’ARS. Mais que voulez-vous je suis joueur, et ce fut souvent plus fort que moi ! Et pourtant, citant Audiard, « j’ai bon caractère, mais j’ai le glaive vengeur et le bras séculier ; moi, quand on m’en fait trop, je ne correctionne plus, je dynamite, je disperse, je ventile… ».
Mais comme en presque tout, il finira bien par y avoir prescription. Alors qu’on veuille bien me pardonnez ! Même si nul ici ne croira que je ne savais pas ce que je faisais.

 

Merci donc à ceux qui m’ont soutenu, d’enthousiasme, contre vents et marées ; à ceux qui m’ont soutenu par devoir, à leur corps défendant, en grognant, en tremblant, sans y croire. Après tout Emeraude 58 est toujours là, debout, en état de marche, et ne va pas trop mal ; comme on dit « le prix s’oublie, la qualité reste » !

 

En tout cas je dois à Emeraude 58, je vous dois, d’avoir compris la nécessité de l’exigence et de la posture éthiques, fussent-elles inconfortables (et d’abord pour les autres), qui est une réflexion, mais aussi une pratique, qui se pense et se vit, comme l’était la philosophie dans la Grèce antique.

 

L’essentiel est que cette posture reste partagée, qu’elle demeure et dure. C’est l’ADN d’Emeraude 58, et c’est ce qu’il nous appartient à tous de préserver, pour que, quelle que soit la misère des conduites et des conditions humaines, nous soyons toujours du côté du toujours plus d’humanité en l’homme.

 

Au total, à l’issue de ces années passées ensemble, puis-je dire que j’ai tout fait, que j’ai bien fait ? Certainement pas !
Je dirais que je n’ai pas su résister à la tentation de l’hyper-présidence ; mais il est vrai qu’on m’a laissé faire !
Cependant les choses s’étaient recalées ces dernières années, avec un trésorier assumant sa fonction ; et des vice-présidents en charge de secteurs spécifiques et de responsabilités identifiées.
La modification du règlement intérieur qui va vous être présentée le montrera plus clairement ; d’ailleurs le bureau et le conseil d’administration ont largement amendé la mouture initiale. Il en est de même en matière salariale où le bureau a pu prendre des décisions qui n’auraient pas été celles du président. Mais le président n’est que l’exécutif du bureau et du conseil d’administration, au sein duquel se trouve l’effectivité de la décision.

 

Au fond, sur quoi ai-je voulu insister ?

 

Non pas sur l’organisation pratique, technique, managériale, même si je pouvais avoir quelques idées. Mais sur la nécessaire cohésion de l’équipe et son bien-être au travail, cherchant à être un écran protecteur par rapport aux directives et contraintes administratives, contextuelles, situationnelles, afin que chacun puisse travailler en paix et sereinement.

 

Mais aussi sur une certaine idée républicaine, inscrite dans le droit des associations :

 

1°) La transparence,
2°) Le respect de l’intérêt général, donc de l’argent public confié,
D’où le bénévolat des fonctions associatives, que j’ai toujours voulu pour les administrateurs (sauf s’ils interviennent directement dans les missions exercées sur le terrain par l’association, et toujours avec des conventions réglementées, qu’il vous a été ou sera demandé d’approuver), donc dans l’exercice de leurs fonctions associatives (et vous verrez dans le rapport d’activité que cela représente près de 500 h minimum, ce qui constitue une économie substantielle pour la collectivité).
En contrepartie j’ai fait preuve d’une exigence extrême envers les partenaires, pour le respect de la dignité de l’association, de ses personnels, de ses dirigeants, et pris, quand il le fallait, des moyens radicaux pour les protéger (ce que j’appelle « tirer à balles réelles » !).
3°) le respect du droit et des principes éthiques fondamentaux, qui sont ceux de l’éthique médicale : principe d’autonomie (on pourrait dire de liberté), de bientraitance, de non-malfaisance, de justice (on pourrait dire d’égalité), de laïcité.
Certains de mes amis me définissent comme un kantien pur et dur ; avouez qu’il y a des épithètes plus désobligeantes !

 

C’est peut-être être rigoriste ; mais au moins cela évite un mode d’emploi trop compliqué. On savait ce qui me déclenchait et m’amenait à ébullition !
Ceux qui m’ont accompagné s’y sont fait ; sans trop se plaindre, apparemment !
L’équipe de direction,
Les vice-présidents : Madame Billaquois, qui savait agir comme modératrice, le docteur Dumoulin, toujours dans la nuance et l’approfondissement, le docteur Petit, au soutien constant et indéfectible, notre secrétaire, le docteur Chauvot, aux indignations salutaires qui confortaient les miennes, notre trésorier, Monsieur Moreau, aux conseils juridiques avisés et aux analyses stratégiques précieuses, notre trésorière-adjointe, Madame Ponsot, femme de bon sens et de mesure, au jugement toujours sûr et de bon aloi.

 

Alors merci à tous pour ces années, mais l’important n’est pas tant d’examiner les comptes du passer que d’adopter des passeports pour l’avenir.
En effet, répondre au présent, préparer l’avenir, n’est-il pas là un slogan qui se porterait bien en ces périodes électorales.

Un Grand Merci !

En 2020, 95% des médecins généralistes de la Nièvre, nous ont sollicité pour bénéficier d’un appui à la coordination pour un ou plusieurs patients relavant d’un parcours de santé particulièrement complexe ou ayant besoin de l’Equipe Mobile de Soins Palliatifs.

Lire la suite